12 octobre 2011

lettre ouverte aux concepteurs du projet ZAC Pont d'Issy

 

photo ZAC Pont d'Issy.jpg

Mesdames et Messieurs les architectes,

Mesdames et Messieurs les maîtres d’ouvrages,

Mesdames et Messieurs les maires-adjoints,

Monsieur le Député-Maire,

 

J’ai assisté à la réunion publique le 6 octobre dernier sur le projet ZAC du Pont d’Issy. Vous avez présenté le projet de réaménagement de l’entrée de ville. Tout était plutôt bien organisé, la salle pleine, une grande partie de la majorité municipale était présente, ce qui montre l’importance de ce projet.

Je vous ai tous écouté attentivement, sans à priori. Les présentations étaient soignées, parfois techniques mais avec un effort de pédagogie. Les débats furent plutôt courtois et des nombreux intervenants, y compris ceux qui dénoncent le projet ont apprécié que la phase de concertation que vous mettez en œuvre présentement, se fasse à un moment où la discussion est encore possible.

Je vous ai donc écouté et j’ai vu. Parce qu’il fallait voir. J’ai écouté les arguments qui consistent à expliquer les atouts du projet : un terrain propice, une plateforme multimodale pour les transports en commun avec de surcroit l’arrivée des zones d’escale fluviale Voguéo, des logements, des commerces, la réhabilitation de la pointe amont de l'Ile Saint Germain, la création d’une passerelle.

Vous nous avez parlé des tours de bureaux (233 000 m²), de l’esthétique, du triple label environnemental qu’elles vont devoir respecter, des éoliennes sur les toits, de la végétalisation la plus large, du concept de tour qui émerge de la terre et non pas de ces tours qui arrivent comme ça, qui ont été posée, les mauvaises tours quoi! Non, ce sont des bonnes tours, vivantes, presque agricoles. Je vous ai écouté, jusqu’au bout, sans à priori et c’était intéressant. Et il fallait donc que j’aille voir.

Je suis allé voir. Les panneaux explicatifs et puis…..la maquette. Et là, dois-je le dire, j’ai eu peur. J’ai vu sur cette maquette ce que représentent deux tours de 180 mètres de haut. Et l’image fut pour moi assez effrayante (je ne choisis pas ce mot par hasard). C'est démentiel, inhumain, écrasant. Et ce n'est que la maquette. Je me suis fait une représentation de ce que cela donnera dans la réalité. Ce n’est pas imaginable. 2 tours Montparnasse (à quelques mètres près).

Qu’est ce qui justifie un tel engouement pour ce gigantisme ? La Défense n’est pas si loin et après tout, c’est sa vocation d’être un quartier d’affaire. Laissons-lui cette compétence, les projets de très hautes tours n’y manquent pas. Pourquoi les imiter?

Vous allez me parler de la nécessaire densification pour éviter l’étalement urbain, voulu par le schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF). Densification ne veut pas dire déshumanisation. Nous pouvons vivre dans des zones denses mais nous ne pouvons pas vivre humainement en essayant d’échapper constamment à l’ombre portée.

Et puis, le concept de tour environnemental que vous nous présentez n’est pas la réalité. Tout simplement parce que cela n’existe pas. Nous n’avons pas la technologie pour réaliser des immeubles de grande hauteur écologiquement viable, ça n’existe pas. Et vous le savez très bien.

Monsieur le Député-Maire, votre collègue Balkany vient de renoncer à un projet de tours de grande envergure, car la population a dit stop. Elle a enfin été entendue. Écoutez donc vos administrés qui, comme moi, veulent vivre dans une Issy-les-Moulineaux à échelle humaine. Écoutez-nous !

 

Arnaud GHARBI

Commentaires

Sur bien des plans il ne s’agit pas d’un bon projet pour la ville. Il est qualifié de renouvellement urbain, en fait il va s’agir de démolir des immeubles construits il y a 30 ans. A l’échelle de vie d’une ville, c’est très court ! Comme trop souvent à Issy, on est là dans une espèce d’urbanisme Kleenex très désespérant. Quand va-t-on concevoir pour Issy des projets destinés à perdurer ?
Et comme si notre ville n’avait pas déjà assez donné en matière de densification le projet a pour principal objectif la fuite en avant vers toujours plus de béton. Ce n’est même pas pour privilégier l’implantation de logements (qui sont tant nécessaires), c’est un projet surtout centré autour de l’implantation de bureaux. Et dans la modification du PLU il n’y a même pas de limite de hauteur des tours nous sommes sur un projet « open » !
Les intervenants ont été interrogés notamment sur la gestion des flux générés par ce projet mais ce sont des réponses très approximatives qui ont été apportées. Ce projet a–t-il fait l’objet d’une réflexion globale intégrant les futurs programmes de l’Ile Seguin, de la tour Triangle (Porte de Versailles), de Balard et la spécificité du lieu : il semble que non ! Comment ne pas être préoccupé par un projet d’une telle envergure et aussi peu finalisé.

Fabienne GAMBIEZ
Conseillère Municipale d’Issy-les-Moulineaux

Écrit par : Fabienne GAMBIEZ | 13 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Monsieur,

Moi aussi, je vous ai lu et je vous ai écouté.

Je vous ai lu et je vous remercie du compte-rendu objectif que vous faites de la réunion publique du 6 octobre. Je vous remercie de souligner, notamment, la qualité des explications fournies et celle du débat qui les a suivi. Je vous remercie aussi d’avoir fait la démarche de vous informer avant de prendre position.

Je vous ai lu et moi aussi je n’ai pas voulu m’embarrasser d’a priori en vous lisant. J’ai voulu croire à l’honnêteté de votre démarche, dépourvue de préjugés.

Je vous ai lu et pourtant je ne peux m’empêcher de penser qu’évoquer les tours Montparnasse pour désigner le projet du Pont d’Issy, c’est déjà prendre un parti contre le projet alors même qu’il vous a été expliqué que son contre-modèle, ce sont précisément les tours sur dalle qui ont été les erreurs du passé. De même je ne peux m’empêcher de penser que parler de déshumanisation en parlant de la politique de densification conduite par la ville, c’est déjà la caricaturer de façon partiale et, à vrai dire, être très éloigné de la réalité du terrain : les nouveaux quartiers créés depuis quelques années sont tout sauf déshumanisés. Nous avons au contraire créé une nouvelle convivialité, des nouveaux espaces de circulation, de nouveaux équipements, espaces verts, là où il n’y avait plus rien. Doit-on vous rappeler ce qu’il y avait à la place des équipements publics (école, crèche, médiathèque, gymnase) de la ZAC des Chartreux par exemple ou sur l’emplacement de l’éco-quartier des Bords de Seine, deux quartiers aujourd’hui irrigués par le T2 ? Des friches industrielles sales, des espaces propices à l’insécurité, des sites impénétrables, des usines à bout de souffle ?

Je vous ai lu et je ne peux qu’être frappé par votre indifférence aux explications pertinentes, argumentées sur les questions de performance énergétique des bâtiments, avancées par des architectes et des bureaux d’études pourtant unanimement appréciés pour leur compétence.

Je vous ai lu et je vous ai écouté lors de la réunion publique sur la tour triangle dire en vérité votre opposition de principe aux constructions en hauteur. C’est dommage.

Nous croyons, nous, que la ville durable est une ville dense et c’est ce que croient les gens de bonne foi , toutes opinions politiques confondues, qui connaissent les enjeux de l’urbanisme. François BAYROU vous invite souvent à dépasser vos schémas de pensée, à sortir des idées préconçues, à abandonner vos certitudes, à tendre la main. Laissez-vous aller à cette invitation lorsqu’il s’agit d’urbanisme !

Une maquette seule ne doit pas orienter votre opinion ou justifier vos préjugés.

Nous continuons la concertation sur ce projet au sein de l’atelier d’urbanisme et de développement durable dans un climat constructif. Ne laissez pas le Modem que vous représentez, s’enfermer, seul, dans une opposition stérile. Profitez de l’enquête qui s’ouvre pour suggérer des améliorations toujours possibles, pour proposer des animations dans la halle que nous sauvegardons, pour nous aider à imaginer ce quartier demain.

Je compte sur vous, sur votre objectivité, sur votre volonté d’avancer ensemble sur ce dossier.

Christophe PROVOT
Maire-adjoint délégué à l'urbanisme

Écrit par : provot | 29 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Monsieur le Maire-adjoint,

Je vous remercie de l'attention que vous avez porté à ma lettre. J'entends, ou plutôt je lis vos arguments et les réalisations en termes d'urbanisme que la majorité municipale a fait ces dernières années. Je peux être en accord avec certains aspects de ces projets et en désaccord avec d'autres. Mais il ne s'agit pas ici de parler de la globalité des projets mais d'un seul, celui de la ZAC Pont d'Issy.

Je suis heureux de voir à cette occasion que vous suivez François Bayrou. Le chemin qu'il propose est entre autres, celui d'une politique constructive et d'écoute mutuelle. Les élus du MoDem à Issy-les-Moulineaux suivent cette voie en toute indépendance. Ils ont fait preuve ces trois dernières années de pragmatisme face aux projets de la municipalité, y compris en matière d'urbanisme. Il n'y a aucun dogmatisme dans notre "schéma de pensée". Lorsque les projets sont bons nous le disons et nous l'écrivons sur les registres. Mais lorsqu'ils ne nous paraissent pas pertinents, nous le disons aussi.
Je constate avec regret que vous caricaturez mon propos et que vous remettez en cause l’honnêteté de ma démarche. Permettez donc quelques précisions :

- Dans ma lettre je n’ai jamais dit, que j’avais une opposition de principe aux tours. Au MoDem d’Issy, nous connaissons comme vous les enjeux. Oui, il faut éviter l’étalement urbain. Oui, il faut faire en sorte que les projets de développement de quartiers soient financés par du partenariat public-privé et par le développement d’une activité économique au sein de la ville. Mais cela ne doit pas se faire au détriment des isséens. Des tours de bureaux à cet endroit ? Pourquoi pas. Mais pas de 180 mètres de haut ! Je suis sur que le seuil de rentabilité pour la ville se situe à des hauteurs bien moindre. Le principe de densification ne doit pas être l’occasion d’une course à la hauteur et d’un gigantisme qui ne se justifie pas.

- Vous prenez aussi l’exemple de mon intervention sur la Tour Triangle pour donner le sentiment que je suis contre tous les projets de tour. Encore une fois, vous vous trompez, je suis contre les projets mal pensés, incohérents et non concertés, dont on peut facilement identifier les impacts qu’ils auront sur Issy en terme de circulation et de saturation des transports. Je connais, Monsieur Provot, votre bienveillance envers le projet Triangle. Je ne la partage pas car je ne comprends pas la logique qui consiste à réhabiliter le parc des Expositions après avoir construit cette tour, cela me parait un non-sens. Celle-ci pourrait très bien trouver sa place après l’étude globale de la requalification du parc. Vous voyez que je ne suis pas si obtus.

- Savez-vous que si les projets principaux (ZAC Pont d’Issy, Tour Triangle, ministère de la Défense) aboutissent en l’état, c’est l’arrivée 25 000 personnes sur un périmètre de 1,5 km² qui sera attendue, soit une densification de 17000 personnes au km². Ce chiffre ne comprend pas les visiteurs des grands salons (75 000 à 80 000/jour pour le salon de l’agriculture), ni le nombre d’habitants déjà présents. Est-ce cela une ville humaine à laquelle vous contribuez ?

- L’évocation que je fais de la tour Montparnasse permet de situer simplement la taille des tours proposées : « trois gratte-ciel » (le Parisien du 6 octobre 2011). Ce n’est pas soutenable.
-Vous parlez de ma supposée « indifférence » devant les arguments environnementaux.
J’ai entendu ces arguments, mais vous savez comme moi que nous sommes loin du compte en matière de tours environnementales. La technologie verte n’est pas aujourd’hui adaptée à ces immeubles de grande hauteur et cela se comprend très facilement. Je ne conteste pas le fait qu’il puisse y avoir des améliorations par rapport à des tours d’anciennes générations. Mais présenter ces tours comme véritablement environnementales je ne trouve pas cela très honnête.

Vous voyez bien que je ne rentre pas, dans une opposition stérile. J’affirme une position de citoyen qui s’engage et qui souhaite une ville à taille humaine. Encore une fois, je trouve certains aspects du projet intéressants car ils amèneront de la vie dans ce quartier. Comme vous m’invitez à le faire, j’apporterai mes observations sur le registre d’enquête publique. J’espère que de votre coté, vous saurez entendre les isséennes et isséens, qui comme moi, veulent une ville apaisée et humanisée.

Veuillez agréer, Monsieur le maire-adjoint, l’expression de mes salutations distinguées.

Arnaud GHARBI
Citoyen isséen

Écrit par : Arnaud | 30 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire